Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 8, 31-42)

En ce temps-là,
    Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui :
« Si vous demeurez fidèles à ma parole,vous êtes vraiment mes disciples ;
    alors vous connaîtrez la vérité,et la vérité vous rendra libres. »
    Ils lui répliquèrent :« Nous sommes la descendance d’Abraham,
et nous n’avons jamais été les esclaves de personne.Comment peux-tu dire :
“Vous deviendrez libres” ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis :
qui commet le péché est esclave du péché.
    L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ;
le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres,
réellement vous serez libres.
    Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham,
et pourtant vous cherchez à me tuer,
parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous.
    Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père,
et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu
chez votre père. »
    Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. »
Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham,
vous feriez les œuvres d’Abraham.
    Mais maintenant, vous cherchez à me tuer,
moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu.
Cela, Abraham ne l’a pas fait.
            Vous, vous faites les œuvres de votre père. »
Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution !
Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. »
    Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père,
vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti
et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ;
c’est lui qui m’a envoyé. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation

Aujourd’hui, en ce mercredi de la 5ème semaine de Carême, la liturgie de la parole nous apporte le thème de la fidélité à Dieu, en nous invitant à évaluer notre vie, si nous faisons réellement confiance au vrai Dieu ou nous mettons autres choses ou autres personnes à la place de Dieu.

Dans l’évangile, Jésus est en dialogue avec les juifs. C’est un dialogue plein d’interrogations et de questionnements. Jésus les oriente à demeurer fermes en sa parole, parce que cette dernière, provient du Père. C’est la parole de vie et de liberté. Mais, eux, insistent à demeurer dans la fidélité à Abraham. Jésus soutient que Dieu est plus grand qu’Abraham et qu’Abraham, aussi important qu’il soit, n’est pas Dieu.

Parfois nous confondons les personnes avec Dieu. Ils sont nombreux ceux qui mettent leurs vies et leurs actions sur des personnes. Et malheureusement celui qui agit de la sorte, devient esclave de cette personne idole et finit par perdre sa liberté, et il court aux grandes déceptions, parce quel que soit l’être humain, il est passible de faille.

Jésus nous invite à ne pas remplacer Dieu pour rien pour ne pas commettre le péché, parce que le péché, nous rend esclave. Il nous veut fils de Dieu, fidèles à la filiation apportée par lui, Jésus Christ. Un Dieu qui aime, veut notre bien et nous protège comme il a protégé ces trois hommes (Sidrac, Misac et Abdénago) jetés dans la fournaise, dont parle la première lecture.

Jésus nous enseigne que nous devons être fidèle à Dieu et le suivre jusqu’au bout. Avec l’approche de la semaine sainte, nous sommes invités à regarder vers la croix et ne pas avoir peur de suivre Jésus et de le témoigner, car il a transformé les menaces que la croix représentée en un instrument rédempteur. Les menaces, ne peuvent pas nous empêcher de suivre Jésus et de rester fidèles à Dieu Père, l’unique, capable de nous sauver, par intermédiaire de son Fils Jésus.

Prière

Dieu très bon, éclaire le cœur de tes fidèles qui se purifient dans la pénitence ; toi qui nous as donné le goût de te servir, ne reste pas sourd à notre prière.

Présentation du Seigneur au temple (Journée de la vie consacrée).

Rencontre de l’assistant chargé du Ministère avec les collaborateurs de nos institutions éducatives et sociales, zone Dakar.

Conseil des Supérieur Majeurs de l’Ordre à Manille (Philippines).

11e anniversaire de l’érection canonique des Écoles Pies de l’Afrique de l’Ouest.

Mercredi des Cendres (Début du Temps de Carême).